La Chine et ses irritants : communiquer efficacement

For english version click here

Une chose qui est vraiment difficile en Chine, c’est la communication ou plutôt les échanges entre êtres humains. En tant qu’habitant de l’Amérique du Nord, on ne réalise pas comment il est facile de se faire comprendre dans notre pays : la plupart des gens  parlent anglais! En Chine, c’est vraiment différent:  ils sont plus 2 milliards et ils n’ont pas besoin d’apprendre l’anglais, ils fonctionnent très bien en mandarin. Ce qui est frappant c’est qu’à Shanghai la plupart des indications sont traduites en anglais, ce qui est vraiment plaisant pour les Occidentaux. Toutefois,  malgré cette omniprésence de l’anglais dans la ville, les Chinois qui parlent anglais sont rares, très rares. Même dans les chaines populaires comme « McDonald » ou encore « Pizza Hut », on ne comprend pas beaucoup ou pas du tout l’anglais.

Une autre chose qui est difficile à faire en Chine c’est de prendre le taxi. Demandez à un de nos professeurs accompagnateurs de vous raconter ses aventures avec les taxis et les faux taxis. Ici comme ailleurs,  on arrête les taxis en leur faisant signe de la main. Par contre, ils ne s’arrêtent pas toujours, très souvent les chauffeurs refusent de vous embarquer! Pourquoi me direz-vous! Parfois, ils ne peuvent pas lire l’adresse (par ce qu’ils ne savent pas lire), d’autres fois parce que vous n’allez pas assez loin ou encore parce qu’ils ne veulent pas aller dans cette direction. C’est une situation qui est très rare à Montréal. Un autre facteur de difficulté entre en compte, leur application de paiement. Ici, tout se fait sur WeChat, on commande un taxi et on le paye avec cette application mobile. Le problème pour les étrangers c’est qu’il faut avoir un compte bancaire en Chine pour pouvoir payer avec son cellulaire. Je vous entends dire : mais, utilise ta carte de crédit! Eh bien, surprise les cartes de crédit autre que chinoises ne sont pas acceptées! (ou rarement).  Difficile à croire pour une ville ultra technologique comme Shanghai, mais malheureusement vrai! Vous devez toujours payer avec de l’argent comptant. Ce qui n’est vraiment pas habituel pour moi (l’auteur de l’article), habituellement je traine juste mes cartes de crédit.

Comment fait-on alors pour se débrouiller?

Il faut user de stratégie, par exemple pour commander quelque chose on le pointe du doigt en faisant des gestes, ou encore pour connaître le prix, on tend notre cellulaire avec la calculatrice. D’ailleurs la calculatrice est le meilleur outil de négociation lors d’achats de biens dans les petits marchés ou certains magasins. Le mieux, quand on ne connait pas la langue c’est d’avoir un interprète ou quelqu’un qui connait bien la ville ou la région qu’on visite. Ce qui est l’idéal c’est de connaître un minimum de mandarin pour demander et comprendre les directions, prix, chiffres ou encore lieux.

Voilà!

Si vous avez des commentaires ou questions n’hésitez pas!

Écrit par : Olivier Nadeau

Communicating in China: No easy task!

One thing that’s really hard in China is communication or good old human-to-human conversation. As a North American, we these things for granted, since most people speak English. But things are very different in China. Since there are more than 2 billion Chinese, there’s no need for them to learn English. Everyone gets by with Mandarin. One nice thing is that most signage in Shanghai is translated into English, which makes life much easier for Westerners. But finding people who actually speak English is much harder. Even in popular chain restaurants like McDonalds and Pizza Hut, the staff understands little to no English.

Taking a taxi in China is another trial. (Be sure to ask the professors who joined us on this trip to tell you about their adventures in Chinese taxis—and fake taxis!). Like elsewhere in the world, you can flag down a Chinese taxi by waving your hand. But that doesn’t necessarily mean they will stop, and many drivers will refuse to take you. Why? Some may not be able to read the address you’re pointing to (because they are illiterate). Others may be reluctant to take you a short distance or to go in the direction of your destination. These obstacles are pretty rare in Montreal.

Paying for your taxi ride is another challenge. Here, ordering and paying for taxis is managed through WeChat, a mobile application. The problem for foreigners is that you need to have a Chinese bank account if you want to pay with your phone. OK, I know what’s coming next. You’re thinking I should just pay with my credit card, right? Well, they don’t take non-Chinese credit cards! It’s hard to believe in such a technologically advanced place like Shanghai, but it’s true! All this means that you have to pay cash. Personally, it’s not something I’m used to, since I usually just use my cards.

So how do you make yourself understood?

You need a communications strategy. For example, if you want to order something, point to it or mime the action. If you want to find out the price of an item, hand over your cell phone with the calculator open. In fact, your calculator will come in handy when bartering for items in shops or markets.

Of course, your best bet is to travel with an interpreter or at least someone who’s familiar with the city or region. Ideally, you should know some basics in Mandarin—at least enough to understand directions, prices, numbers or place names.

And there you have it!

Questions or comments? Leave a message below!
By : Olivier Nadeau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *