L’art de la négociation

L’art de la négociation

For english version click here

Dans plusieurs centres touristiques à travers le monde, on peut trouver des boutiques de souvenirs clandestines où les prix  sont  rarement indiqués. La Chine ne fait pas exception. Eh oui, dans les boutiques de souvenirs en Chine, on peut (doit!) négocier.

Un occidental sera tout de suite perçu comme ayant un énorme pouvoir d’achat, ce qui ne sera pas tout à fait faux, considérant qu’un yuan équivaut à 20 cents Canadien. Ainsi, le prix qui sera donné par le vendeur dépassera grandement la valeur réelle du produit. Une calculatrice traînera non loin de là et sera utilisée afin de négocier le prix. Pour vous donner un exemple, un kiosque à Shanghai vendait des baguettes décoratives à 135 yuans (plus ou moins 27 dollars canadiens). J’ai réussi à descendre jusqu’à 100! Cependant, une de mes collègues a pu marchander sa paire de baguettes pour la moitié de ce que j’avais payé alors qu’un second collègue a réussi à en avoir pour 10 yuan! Ne vous faites pas avoir et prenez le temps de comparer les prix et de négocier à la baisse.


The art of bartering

Around the world, it’s common to find small, clandestine souvenir shops with no prices on any of their items. And China is no exception! That’s right. In Chinese tourist traps, you’ve got to barter!

The Chinese assume that Westerners have incredible buying power—and to a certain degree they’re right. After all, one yuan is about 20 cents Canadian. So you can expect merchants to quote you grossly inflated prices. Shopkeepers even keep calculators on hand to aid with the bargaining process.

For instance, I was interested in decorative chopsticks sold at a Shanghai kiosk. The seller initially quoted 135 yuan (approximately CA$27), but I managed to talk him down to 100 yuan! But then one of my colleagues pick up a pair for half of what I paid. And another person in our group got some for 10 yuan!

What’s the lesson? Don’t be duped. Compare prices and barter for the lowest possible price.


Petits conseils du voyageur

For english version click here

Lorsque vous partez en voyage au travers de la Chine, il ne faut pas oublier que vous visiterez probablement quelques villes et attractions touristiques. Ces centres sont souvent extrêmement fréquentés. Ceci dit, quelques précautions sont à prendre afin de garantir sa sécurité.

  1. Ne voyagez jamais seul. On ne peut jamais prédire ce qui peut se passer dans un endroit achalandé, il est donc préférable de rester en petits groupes lors de vos visites. En plus de pouvoir vous surveiller les uns les autres, vous aurez d’avantage de pouvoir de négociation lors de vos achats dans les marchés de rues en faisant des achats de groupes.
  2. Comme nous l’avait mentionné le doyen de l’UTSEUS, en Chine, on est bien. Et lorsqu’on est bien, on oublie facilement les règles de sécurité. Ne traînez pas tout votre argent avec vous et ne laissez surtout pas votre porte-feuille dans une poche facilement accessible. Pour en faire une brève histoire, le quartier musulman de Xi’An est un endroit rempli de vie. La foule y est tellement dense qu’il est difficile de naviguer. On se heurte à plusieurs personnes et puis soudainement, plus de porte-monnaie (true story) !
  3. Les Chinois sont très accueillants, et très chaleureux. Certains vont même jusqu’à vous prendre carrément en photo, ou à vous demander un autoportrait (selfie) avec eux. On peut facilement se faire des contacts WeChat en discutant un peu avec les gens. Cependant, soyez sur vos gardes quant aux intentions de vos contacts. Ce qui peut débuter par une petite conversation peut se terminer en invitations à sortir dans des lieux douteux.

 

Tips for travellers

If you’re planning to travel across China, you’ll probably stop in a number of cities and at various tourist attractions. Since these places tend to be crowded, here are a few tips for staying safe:

  1. Don’t travel alone. You never know what can happen in a high-traffic area, so you’re better off sight-seeing in small groups. Not only will you be able to keep an eye out for each other, you’ll have better bargaining power when shopping in markets.
  2. Like the Dean of UTSEUS said, life in China is comfortable. And as soon as you get comfortable, you drop your guard. Don’t carry all your money with you and don’t put your wallet in an easy-to-access pocket. For instance, the Muslim quarter in Xi’an is teeming with life. There are so many people that navigating can be difficult. You’re constantly bumping into people and, before you know it, your wallet is gone. True story!
  3. Chinese people are very warm and welcoming. Some will even ask to take your picture or snap a selfie with you. By chatting with people, it’s really easy to grow your WeChat connections. But beware of your newfound friends’ intentions. What starts off as innocent conversation can lead to invitations to questionable places.

La Chine en construction

For english version click here

Lors de notre transport en TGV de Xi’ An vers Beijing, nous avons eu la chance de traverser plusieurs décors bien distincts. Un paysage qui m’a particulièrement marqué est celu de la ville de Zhengzhou.

Au départ, lorsque nous nous sommes approché des abords de la ville, nous avons remarqué la quantité impressionnante de tours à condos en construction ainsi que les nombreux chantiers de routes et de viaducs. On croyait d’abord que nous étions en train de traverser une « nouvelle ville » jusqu’à ce Patrick nous montre sur son téléphone que c’était en fait un ville d’une population de 9,6 millions d’habitants!!

C’était frappant de remarquer à quel point les villes chinoises se développent aussi rapidement et à aussi grande échelle. Comparé à cela, la construction à Montréal c’est tout au plus quelques petits chantiers.

China under construction

We took the high-speed train from Xi’an to Beijing, which gave us the chance to see a wide variety of landscapes. I was particularly impressed with what I saw of Zhengzhou.

As we approached the city limits, we noticed an incredible amount of condo towers being built, as well as various roadway and overpass construction projects. In fact, we were sure this was a new city going up, until Patrick looked it up on his phone and discovered that Zhengzhou has a population of 9.6 million!

The speed and scope of Chinese urban development is really amazing. In comparison, Montréal has just a handful of construction projects on the go.


Prestolite E-Propulsion Systems – TM4 : un partenariat Chine-Québec

For english version click here

Bien que la plupart des manufactures se retrouvent délocalisées de Beijing afin d’aider à contrer la pollution, le Gouvernement fait quelques exceptions pour les entreprises à la fine pointe de la technologie œuvrant dans le domaine de la « nouvelle énergie », dont l’électricité.

Lors de notre séjour à Beijing, nous avons eu l’opportunité de visiter l’une de ces entreprises, Prestolite E-Propulsion Systems, une coentreprise partageant ses capitaux moitié-moitié entre Prestolite Electric Beijing Limited (PEBL) et TM4, une filiale d’Hydro-Québec spécialisée dans les moteurs électriques et leurs contrôleurs.

C’est au cœur du district de Tongzhou que George Zhang, assistant directeur général et directeur du centre technologique, nous a accueillis afin de nous faire partager la mission de l’entreprise et de nous présenter ses différents produits, notamment, les moteurs SUMO MD et SUMO HD utilisables dans les autobus urbains de 6 à 18 mètres, dans les camions de livraisons, dans les camions municipaux, les navettes et tout ce qui nécessite de la durabilité et de bonnes performances dans les véhicules mi-lourds et lourds.

Après la présentation, nous avons visité les locaux d’assemblage des moteurs et des rotors. Bien que nous ne soyons pas autorisés à parler en détail de ce qui s’y trouvait, le tout était très impressionnant. Les contrôleurs et les bancs de tests roulent tous sur des programmes maison programmés sur mesure par les employés. De plus, les moteurs sont fabriqués, de la coque aux fils spéciaux utilisé sdans les moteurs, utilisant des technologies et des pièces propres à cette entreprise innovante.

Prestolite E-Propulsion Systems – TM4 est l’un des meilleurs exemples de ce qu’il est possible d’accomplir lorsque l’on développe de tels partenariats et que l’on partage entre entreprises internationales nos talents et nos connaissances afin de se faire une place sur le marché global.

Par : Joël Pelletier-Guénette

Prestolite E-Propulsion Systems – TM4 : a China-Québec partnership

While most manufacturers were forced to move out of Beijing in a bid to counter pollution, the government made a few exceptions for high-tech companies operating in the “new energy” field, including electricity.

During our stay in Beijing, we had the chance to visit one of these companies, Prestolite E-Propulsion Systems. This joint venture shares its capital 50-50 between Prestolite Electric Beijing Limited (PEBL) and TM4, a subsidiary of Hydro-Québec that specializes in electric motors and related controllers.

We were welcomed in the heart of the Tongzhou district by George Zhang, Assistant General Manager and Director of the Technology Centre. He talked to us about the company’s mission and their various products, including the SUMO MD and SUMO HD engines designed for use in city buses (6 to 18 metres), delivery trucks, municipal trucks, shuttle buses and other semi-heavy and heavy transportation vehicles requiring durability and good performance.

After the presentation, we had a tour of the engine and rotor assembly rooms. While we’re not allowed to say what we saw, we can assure you it was really impressive. The controllers and test beds all use proprietary programs custom designed by employees. Plus, everything from the casing to the special wires used inside the engines are made using proprietary technology and parts.

Prestolite E-Propulsion Systems – TM4 is one of the finest examples of what you can do when you develop partnerships and share knowledge and talent between international companies to carve out a place on the global market.

By : Joël Pelletier-Guénette


Commander chinois : une question de chance

For english version click here

La plupart du temps au restaurant, on pointe ce qu’on veut ou on le mime. Pas le choix, peu de Chinois parlent anglais.

Dans le meilleur des cas, nous avons internet et Google Traduction (même si la traduction est médium saignante). Dans le pire des cas, on finit par mimer un wrap au poulet.

Heureusement, les restaurants les mieux préparés ont un menu imagé, même si un dumpling au bœuf et au pigeon ça se ressemble un peu. Par contre, quelques exceptions subsistent encore et certains restaurants n’ont aucun menu imagé, on doit alors faire confiance au hasard…

Alex Grandmont – Mission Chine 2017


Dinner in China: Leave it to chance!

In most Chinese restaurants, you either have to point to what you want or act it out. Since few Chinese speak English, you don’t have much choice in the matter.

Our best experience involved using Google Translate (even though the translation left something to be desired). Our worst experience was when we tried to mime a chicken wrap.

Fortunately, a lot of restaurants include photos on the menu (though I must admit that beef dumplings and pigeon dumplings look a lot alike). However, there are still exceptions and some restaurant menus are text only. When that happens, you just cross your fingers and hope for the best!

Alex Grandmont – Mission China 2017


Beijing Full Three Dimension Energy Technology : une entreprise en lien avec les grandes universités chinoises

For english version click here

Beijing Full Three Dimension Energy Technology est une entreprise chinoise oeuvrant dans l’optimisation et la restauration (retrofit) de turbines à vapeur. Cette compagnie, fondée en 1994 par l’entremise de la China Academy of Science, offre des services à la fine pointe de la technologie en matière de services de réingénierie de turbines pour le marché chinois. La restauration des turbines aident à améliorer leur rendu énergétique, à étendre la durée de vie des machines et à diminuer les coûts liés à la consommation énergétique ainsi que les émissions de polluants. Cette entreprise oeuvre dans un marché en pleine ébullition, considérant que l’énergie à la vapeur occupe plus de 70% de la production chinoise. Pour en savoir davantage sur cette entreprise technologique, vous pouvez visiter son site internet.

La délégation de la Mission InterETS a été recu ce jeudi 27 mars “à la chinoise”. Bien que nous ayons interrompu sa séance de ping pong matinal, le PDG, monsieur Wang Zhenpeng, nous a accueillis de manière chaleureuse dans sa salle de réunion avec du thé et des assiètes de fruits frais. Après un mot de bienvenue de monsieur Wang, une présentation nous a été faite par monsieur Lui Ming sur les détails plus techniques d’optimisation offerts par les services de l’entreprise.

À la suite de cette présentation plutôt complète, Elaine Shi, notre guide au cours de cette visite, nous a proposé une visite au parc olympique de Pékin. Au cours de cette promenade, nous avons pu admirer la splendeur de l’architecture de certains bâtiments tels que le Water Cube et le Bird Nest.
Nous sommes ensuite aller dîner au Wuke Restaurant où nous avons pu discuter avec madame Shi de notre mission et même recevoir un petit cours de mandarin autour d’un copieux repas.

Madame Shi nous a ensuite amenés sur le campus de la China Academy of Science, une institution mettant en liaison des entreprises et des chaires de recherche universitaires dans le but de promouvoir les avancées technologiques en recherche et développement.


Beijing Full Three Dimension Energy Technology: A company that works with China’s top universities

Beijing Full Three Dimension Energy Technology is a Chinese firm that upgrades and restores steam turbines. Founded in 1994 by the China Academy of Science, the company offers leading turbine re-engineering services for the Chinese market. Retrofitting turbines can improve their power output, extend their lifecycle and decrease energy consumption and emissions. This market is growing fast, particularly since steam accounts for 70% of all Chinese power production. For more information about this company, check out their website.

On Thursday, March 27, the Mission InterÉTS delegation was given a Chinese-style welcome. Even though we interrupted his morning ping-pong session, the President and CEO Wang Zhenpeng offered us a warm welcome, including tea and fruit plates, in the boardroom. After Mr. Wang’s word of welcome, Lui Ming provided technical information about the company’s services.
Following what was a thorough presentation, Elaine Shi, our guide for this visit, suggested a visit to Beijing’s Olympic Park. As we walked, we got a better appreciation of the incredible architecture of some of the buildings, like the Water Cube and Bird’s Nest.

Having worked up an appetite, we stopped for lunch at Wuke Restaurant. Here we had a chance to talk to Ms. Shi about our mission and even get a crash course in Mandarin over a hearty meal. Next, Ms. Shi brought us onto the campus of the China Academy of Science, an institution that connects businesses with university research chairs with a view to promoting technological breakthroughs in research and development.

By: Marc-Antoine Vézina


La signalisation en Chine

For english version click here

Bilingue dans les grandes villes (mandarin et anglais), plus claire qu’au Québec la signalisation de la Chine est vraiment bien faite. Par contre, elle semble assez suggestive aux yeux des chinois. Nous avons la chance ou la malchance de prendre ou de voir des taxis, bus, automobiliste, cycliste ou motocycliste enfreindre les « lois » plus d’une fois. Prendre un sens unique à sens contraire ne semble pas badrer les chinois ou encore continuer même si la lumière est rouge ou faire tout simplement un « uturn » sur l’autoroute.   Pour ajouter à ce chaos urbain pour les nord-américains que nous sommes les gens s’entrecoupent tout le temps et ne respecte aucunement les lignes. Malgré ce bal étourdissant il ne semble pas avoir d’accident (du moins pas pendant que nous étions sur le réseau de transport) et heureusement.

Deux particularités intéressantes de la Chine au point de vue de la signalisation; les feux signalisation et l’affichage de la limitation de vitesse.

Voici une photo du feux rouge et vert (comme on peut le voir il n’y a pas de feu jaune mais un décompte.

Ici observez bien sur le pavé on peut y voir la vitesse inscrite dans la rue, la première inscription correspond à la vitesse minimum et la seconde, la vitesse maximum.

Écrit par: Olivier Nadeau

 

Road signage in China

China does road signage really well. In the big cities, it’s posted in Mandarin and English, and it’s much clearer than in Quebec. On a number of occasions, we witnessed taxis, buses, cars, cyclists and motor bikers violate the law—sometimes while we were passengers.

Interestingly, the Chinese seem unruffled when heading the wrong way down a one-way street. Or when passing through a red light. Or when pulling a U-turn on the highway. Adding to the chaos (or what seemed like chaos to our North American eyes), cars cut each other off and no one pays any attention to the lines painted on the road. And yet, we didn’t see a single accident.

There are two aspects of Chinese signage that we found interesting: the traffic lights and the way the speed limit is displayed.

Here you can see that there are red lights and green lights. But notice that instead of an amber light, there’s a countdown.

The speed limit is displayed directly on the road surface. The first number is the minimum speed and the second one is the maximum.


Baignade au parc olympique

For english version click here

On se souviendra que Pékin a été la ville hôte des Jeux Olympiques de 2008. Nos quatre étudiants en génie de la construction ne se sont pas fait prier pour aller voir les installations du parc olympique.

D’ailleurs, nous avons eu la chance de nous baigner dans la piscine du Water Cube où ont eu lieu les compétitions de natation. L’enveloppe extérieure de ce bâtiment reprend la forme de bulles et est illuminé de l’intérieur. Un vrai chef d’œuvre pensé par la firme australienne PTW Architect.

Le stade olympique, le fameux nid d’oiseau, est tout aussi impressionnant. Formé par d’immenses poutres d’acier entrecroisés, il forme une coquille qui protège les spectateurs de la pluie. Le soir, l’éclairage rend le bâtiment encore plus impressionnant. Ce magnifique ouvrage a été réalisé par le célèbre duo d’architectes suisse Herzog et De Meuron.

PTW architect : http://www.ptw.com.au/

Herzog et De Meuron : https://www.herzogdemeuron.com/index.html

Écrit par: Patrick Labelle

 

Swimming at the Olympic Park

In case you’ve forgotten, Beijing hosted the 2008 Olympic Games. The four construction engineering students in our group made it a priority to go check out the Olympic Park.

We even had the chance to go for a swim at the Water Cube, where the swimming events were held. The building’s exterior looks like bubbles lit from the inside. It’s an incredible structure designed by Australia’s PTW Architect.

The Bird’s Nest stadium is equally impressive. Made with massive crossed steel beams, the structure’s shell protects spectators from rain. The lighting that comes on at night makes it all the more impressive. This masterpiece was designed by Switzerland’s famous duo, Herzon and de Meuron.

PTW architect : http://www.ptw.com.au/

Herzog et De Meuron : https://www.herzogdemeuron.com/index.html


Manger chez le lunettier

For english version click here

Trois heures et 40$ canadien suffisent à un lunettier en Chine pour fabriquer de superbes lunettes de prescription.

Un plat de dumpling pour emporter plus tard, les lunettes sont prêtes.

Écrit par: Patrick Labelle

Eating at the optician

Three hours and CA$40 is all it takes to get a great pair of prescription glasses in China.
One order of takeout dumplings later, and your glasses are ready.
By: Patrick Labelle

Les sacs à main : les poupées russes de la Chine

For english version click here

En Chine on trouve de tout!

Imaginez-vous un endroit à la fois petit et étroit. Une grotte d’Ali Baba, remplie de sacs à main. Pour vous les femmes ou hommes adeptes de sacs à main ou de sacoches, c’est de la folie! Vous me demanderiez le nom, je ne pourrais pas vous répondre, par contre, vous indiquer la direction ne pose aucun problème. Allez venez que je vous montre!

Pour 25 yuans chacun, j’ai trouvé ces perles.

Écrit par : Naïka Titus

 

Handbags: China’s Russian Dolls

No matter what you’re looking for, you can find it in China!
Picture yourself in a small, narrow place. It’s Ali Baba’s cave, filled with handbags. For anyone who loves bags and purses, it’s heaven! Don’t ask me what it’s called, but I can easily tell you where it is. Follow me and I’ll show you!

Look at the treasures I found for 25 yuan each!
ByNaïka Titus